Attention aux imprudences sur les pistes…

 

Attention aux imprudences sur les pistes…Comme avec la circulation en voiture, la vitesse est souvent la cause d’accidents évitables sur les pistes de ski. Des comportements sont dangereux, avec des vacanciers qui ne font pas attention aux autres. En fait, le mot clé est ANTICIPER.

 

 

Les problèmes sont en descente

C’est souvent avec la personne qui descend que se pose le problème, que ce soit les la piste ou au pied de la remontée mécanique : le skieur ne s’arrête pas et en percute un autre de plein fouet. Bien entendu, c’est souvent la faute de l’autre qui partait au moment où l’autre arrivait…

 

Il est un réflexe que de skier durant des périodes de moindre fréquentation, de façon à augmenter la sécurité en diminuant le risque, notamment en janvier et début février. Pourtant, cela n’évite pas les frayeurs, ni les accidents. Qui n’a pas vu de skieur en renverser un autre, assister aux skis qui se décrochent sous le choc et qui s’en vont glisser ailleurs, etc.

 

Il peut arriver qu’une personne débutante démarre en bord de piste au moment où une autre arrive en pleine descente, mais si la vitesse n’était pas excessive et si l’anticipation était la règle, le skieur plus chevronné serait plus vigilant. Les chiffres sont constants d’une année sur l’autre, et en général, 44 000 skieurs vont finir opérés avant la fin des vacances…

 

Les joies pas que de la glisse

Certains skieurs sont certes imprudents, et même les plus aguerris doivent composer avec les plus débutants. Ceci dit, certains vacanciers sont plutôt alcoolisés, principalement les jeunes, même en début d’après-midi, et le risque devient majeur car ils chaussent quand même les skis ! Les discothèques à ciel ouvert sont un souci, en ce sens.

 

Les skieurs ivres aiment cette petites vapeurs et sont persuadés pouvoir descendre facile comme ils disent tous. Personne n’est là pour empêcher ceux qui ne sont pas en état de skier, de redescendre. Il existe bien des patrouilles comme dans certaines stations, mais à part faire signe d’aller moins vite et de donner quelques petits conseils une fois la chute vécue, elles n’ont aucun pouvoir pour sanctionner, ni d’empêcher quoi que ce soit.

 

Les pisteurs sont là pour rappeler les conseils de prudence, et surtout de rappeler qu’il faut anticiper, vraiment comme sur la route. C’est particulièrement vrai les jours de beaux temps, car les touristes vont beaucoup plus vite. Les conséquences sont alors plus graves. Pour certains skieurs, les vacances se terminent au cabinet médical de la station.

 

 

 

 

Il faut faire attention également aux enfants, et skier en tenant aussi compte d’eux. Je me souviens quand j’étais petit et que j’apprenais à tenir sur mes skis dans le Jura, je n’arrivais pas bien à avancer. J’étais en colonie et la troupe n’avait pas vu que j’avais lâché le groupe… les skieurs passaient sur mes skis, comme si je n’avait jamais été sur la piste, ni sur leur chemin. C’est vrai que je gênais, mais je ne pouvais rien faire d’autre. Il en a fallu du temps avant que quelqu’un d’expérimenté vienne m’aider… cela aussi est anticiper !