La Mongie, au coeur des Pyrénées françaises

 

 

La Mongie, au coeur des Pyrénées françaisesLa Mongie se situe au cœur des Pyrénées françaises, sur les flancs du Pic du Midi, à 2 872 m d'altitude, accessible grâce à une télécabine au centre du village. Il est facile de se rendre à la station, grâce à l'autoroute A65 au Sud de Bordeaux, en direction de Pau.

 

A partir des aéroports de Pau et Toulouse, ou de la gare TGV de Tarbes, il est aisé d'arriver à La Mongie. Les touristes ont tendance à privilégier les vols depuis l'aéroport de Pau et de Toulouse, mais le TGV constitue une bonne alternative, moins rapide certes,  mais plus écologique.

 

 

Quels skieurs pour la Mongie ?

Le forfait de remontées mécaniques du Grand Tourmalet comprend le domaine skiable de la Mongie, à 1 800 m, et de Barèges, à 1 250 m, qui se trouve sur le flanc opposé du Col du Tourmalet, à 2 115 m d'altitude (une des étapes célèbres du Tour de France). Le domaine s'étend sur toute la vallée. A première vue, la station peut sembler compacte, mais cela constitue un avantage pour les débutants. En effet, la zone d'apprentissage proposée par l'école de ski est de ce fait facilement accessible.

 

D'autre part, les skieurs intermédiaires à la recherche de pistes bleues peuvent prendre la télécabine de l'Espade, pour atteindre le secteur plus au Nord dans la vallée, et les vastes pistes à 2500m.

 

Un autre alternative possible (et c'est maintenant que cela devient intéressant), est de se diriger vers le Col de la vallée voisine, où le domaine est vraiment ouvert. Même si le voyage de retour vers Barèges est un peu long, il existe un grand choix de sentiers autour du secteur de Super Barèges, plus en altitude, ainsi que quelques charmantes descentes à travers les forêts au dessus du village.

 

La Mongie est un village conçu pour les sports d'hiver

Son architecture n'est malheureusement pas moderne, et rebute certaines personnes parfois. Mais chaque saison apporte son lot d'améliorations, notamment pour les logements, et aujourd'hui, la plupart d'entre eux répondent aux attentes des vacanciers. L'effort de modernisation est accéléré grâce aux tout nouveaux appartements en location saisonnière, ainsi que par la proximité des remontées mécaniques, et des points de rencontre des écoles de ski. De plus, La Mongie reste une destination abordable, notamment pour les restaurants et les bars du village.

 

Un domaine pour toute la famille

La Mongie est la destination idéale pour les familles de skieurs qui désirent profiter d'un domaine connecté, à la manière des stations des Alpes, sans pour autant sacrifier la situation en haute altitude. En plus de proposer un accès facile aux zones pour les débutants et les skieurs intermédiaires, il existe également un secteur pour les amoureux du cruising, et pour ceux qui désirent s'attaquer à des pistes plus difficiles. L'atmosphère chaleureuse de la station n'est pas superficielle. C'est une destination cosy, sur les pistes et dans le village.

 

La Mongie regorge de surprises

Le village en lui même et les hébergements sont surprenants, comme la découverte de la profonde et large vallée dénudée, qui créé une ambiance confinée et abritée. L'atmosphère est rassurante, et les touristes sont confiants quant à la qualité de l'enneigement : il suffit de regarder autour de soi pour découvrir les nombreux pics d'altitude, et anticiper les tempêtes de neige fréquentes pendant la saison hivernale.

 

Concernant les tempêtes de neige, je l’ai vécu pendant ma première visite, quand les chutes de neige importantes m’ont caché les panneaux de signalisation, indiquant que le stationnement était interdit à l'endroit où j’avais laissé innocemment ma voiture... Le matin suivant, j’étais plutôt surpris de découvrir que la police municipale avait délogé ma voiture, et l'avait garée à un endroit plus sûr ! Je n’ai même pas été pénalisé par une amende ! La Mongie est une destination bien plus décontractée que n'importe quelle station des Alpes.

 

Un accès rapide aux pistes

L'architecture compacte du village permet en quelques minutes seulement, après avoir quitté son logement, de se retrouvez en haut de la vallée, vers la télécabine de la Chapelle. Le trajet rapide, presque à l'horizontal, offre aux touristes une parfaite introduction à la structure des pistes plus bas en altitude, avant de les déposer entre 2 remontées mécaniques. Une d'entre elles, l'Escapade, conduit les skieurs vers le Col du Tourmalet, à 2 115 m. Au moment où vous lisez ses lignes, l'ancienne télécabine de Pourteilh, qui transportait les skieurs depuis 1969, aura été remplacée par un tout nouveau télésiège de 6 places.

 

Au sommet, il est possible de skier sur de vastes descentes classées bleues jusqu'en bas de la station, ou simplement se rendre à ski quelques mètres plus bas, prendre le télésiège des Termes à 2 500 m, la plus haute remontée mécanique du domaine damé du Grand Tourmalet. Au dessus s'élèvent les Pics des Quatre Termes, à 2 774 m, et en dessous, la grande piste bleue des Bergers, un des sentiers les plus célèbres des Pyrénées, qui vous donne l'impression de skier dans un vaste couloir.

 

Ma descente vers Isard fut bien plus amusante que d'habitude, grâce à la neige glacée et compacte sous mes skis, qui s'est faite plus molle au fur et à mesure. J’ai pu alors pu admirer les paysages qui m’entouraient. Sous la télécabine du Tourmalet (qui ramènera les visiteurs vers la Mongie en passant par le Col), la longue piste bleue de Bastan propose une longue balade à travers le domaine.

 

L'endroit idéal pour le cruising

A mi-chemin, je suis passés par le tire-fesses de Caoubert, qui transporte les skieurs vers des pistes rouges en descente, ainsi qu'une piste bleue, à environ 1 950 m d'altitude. Voilà de quoi satisfaire les skieurs expérimentés qui prennent la télécabine de la Piquette pour remonter de Tournaboup, où les pistes s'achèvent. Si l'enneigement le permet, il est également possible de skier depuis Tournaboup jusque Barèges, sur une piste verte agréable, visible de temps en temps depuis la route du Col.

 

Cependant, j’étais plus intéressé par les pistes qui serpentaient les forêts sur le flanc de la montagne, à ma gauche. J’ai donc pris le télésiège de 4 places du Tournaboup. Alors que le domaine pour les débutants défilait sous mes pieds, je me dirigeais vers les arbres et les clairières à 1 800 m. C'est un bel endroit pour un restaurant de montagne (La Laquette), qui offre l'accès à des terrains très différents. A gauche, vers la télécabine de Castillon, les skieurs accèdent aux pistes en descente rouges et bleues du secteur de la Laquette, qui les mènent vers la vallée de Le Lienze.

 

Haut, vers les arbres...

Optez pour une alternative, et tournez à droite, pour prendre la piste verte à travers la forêt. C'est ce que j’ai fait, et j’ai découvert un coin de nature préservé, loin de tout, seulement accessible en raquette. Je ne voulais pas que la balade se termine, donc, quand j’ai atteint Le Lienz, j’ai profité de l’un des deux tire-fesses de l'Etoile, à 2 000 m, pour un second voyage dans les bois. Au dessus du Pic d'Ayre, à 2 416 m, un terrain offrant de bonnes possibilités de hors-pistes, j’ai pris la descente rouge, pour retourner à Le Lienze.

 

 

 

Pendant mon retour vers le Col du Tourmalet, j’ai pris conscience de nouveaux paysages, mais également de la qualité de ski du domaine. Comparé aux pistes agréables qui m’ont amené tout en haut du secteur, j’ai trouvé ici des terrains bosselés auxquels je ne m’attendais pas. Une fois le Col passé, les pistes qui ramènent les skieurs vers la station permettent une balade facile et sans encombre.