Le bilan touristique du mois de juillet 2015 en France

 

Le bilan touristique du mois de juillet 2015 en FranceDe manière globale, la fréquentation touristique du mois de juillet a été plutôt inégale. Canicule d’un côté et pluie au Nord ainsi que sur la Bretagne, contexte économique difficile, les français, plus nombreux de 18,8% à fréquenter les régions de l'hexagone, ont préféré privilégier le bord de mer, au lieu des établissements hôteliers à l'intérieur des terres. Coup dur, entre autre, pour les restaurateurs du Berry, aubaine pour la région Rhône-Alpes et la Provence-Alpes-Côte d'Azur ainsi que la Bretagne (malgré la pluie cette année), je vous propose dans cet article de faire le bilan de ce mois de juillet 2015.

 

La canicule est un coup de pouce pour le bord de mer

Les chiffres du mois de juillet ont été annoncés : la région PACA a enregistré une hausse de la fréquentation des touristes français de presque 20%. Ce n'est pas la seule région concernée, puisque les professionnels du tourisme bretons estiment à 74% que le mois de juillet fut une réussite. La Haute Garonne, avec + 3 points de taux d'occupation, le Rhône-Alpes, la 3ème région la plus touristique de France, et le Languedoc-Roussillon ne sont pas en reste, puisque ces régions ont également bénéficié d'une très bonne affluence touristique. Ces résultats sont exceptionnels et n'avaient pas été aussi bons depuis 3 ans.

 

La météo plus que favorable a joué dans la balance décisionnelle des touristes. Les plages, mais également les parcs aventures, ont été plébiscités par les familles désirant profiter du soleil et oublier un mois de juillet 2014 plutôt maussade. Les résidences de loisir ont, elles aussi, enregistré une fréquentation à la hausse. En effet, avec un budget moyen de 1 000 € la semaine pour une famille de 4 personnes, ainsi qu'une myriade d'activités pour petits et grands, l'offre est plutôt alléchante dans le contexte économique actuel.

 

Quelques ombres au tableau des vacances

Seule ombre au tableau : le ticket moyen d'une famille au restaurant passe de 35 € à 30 €. Tous les professionnels de la restauration s'accordent à le dire : les français dépensent moins qu'avant. Les musées accusent le coup de la canicule, puisque la fréquentation pour le mois de juillet a largement diminué, avec une baisse de 20%. J’aurais pourtant pensé que les vacanciers auraient cherché à ce mettre au frais, mais il semblerait bien que non.

 

Un triste mois pour certains

Avec des températures grimpant jusque 40 degrés, les français ont délaissé la montagne et la campagne pour les plages bretonnes et de la Côte d'Azur. Les régions alpines qui sont, en général, appréciées des touristes lors de la saison estivale, enregistrent pour le mois de juillet une baisse de 50% de leur fréquentation.

 

A l'intérieur des terres, dans le Berry par exemple, les professionnels hôteliers et de la restauration souffrent de l'absence des touristes : un chiffre d'affaire de moins 70%, une baisse de 60% des clients étrangers, voilà un bilan estival qui s'annonce noir pour certains, à l'image de l'année précédente.

 

Une autre difficulté concerne la location saisonnière qui est moins sollicitée cette année. Il semble que les vacances se déroulent davantage chez des amis ou de la famille pour les personnes qui partent, sinon les familles restent chez elles et se déplacent à proximité de leur domicile, pour des motivations économiques.  

 

Une ville cependant, pourtant loin des plages, résiste encore et toujours à la crise financière et affiche des chiffres favorables pour le mois de juillet : Strasbourg, la capitale alsacienne, compte 6% de touristes de plus que l'année précédente. La fête du millénaire de sa cathédrale, ainsi que le grand nombre d'activités proposées ont joué en faveur du tourisme, même si la fréquentation étrangère est en baisse de 4%.