Le brûlage dirigé

 

Le brûlage dirigéPour éviter les feux de forêts et assurer la sécurité des riverains et des locations saisonnières encore inhabitées, une technique datant des années 1980 a été remise en place par l'ONF dans les régions concernées, ayant pour but de réduire la biomasse combustible. Il s’agit du brûlage dirigé qui se pratique soit en hiver soit maintenant. Cet article vous explique le sujet.

 

Qu'est-ce que c'est que cette nouveauté ?

Le brûlage intensif est une technique visant à détruire par le feu la biomasse combustible des forêts, comme le bois mort, les herbes sèches, ou toute autre matière inflammable, afin de diminuer les risques d'incendie. C'est une forme d'entretien, qui complète la prévention classique des feux de forêts, et en même temps permet de gérer la végétation forestière, les pâturages et les friches. Des professionnels et spécialistes ont pour objectif de guider le feu, et de le contrôler sur une zone de brûlage prédéfinie. Cette technique est également appelée écobuage. Elle date des années 1980, et était employée par les éleveurs du Sud de la France.

 

En 2003, l'Organisation National des Forêts a décrété la création d'une cellule spécialisée dans le brûlage dirigé, en formant du personnel spécialisé, la plupart du temps des sapeurs pompiers, pour réaliser ce genre d'opération. Un responsable de chantier est également nommé, afin de mener à bien le brûlage dirigé et d'assurer la sécurité des pompiers, mais également des zones habitées à proximité, qu’il y ait un lien ou non avec le tourisme.

 

La technique de brûlage dirigé est plus économique et plus performante, et surtout plus sûre, même si le feu suscite la méfiance chez les riverains. Les propriétaires qui ne possèdent qu’une résidence secondaire en location et qui habite loin de celle-ci, ont toujours des angoisses à cette période. Pourtant il n’y a pas d’accidents particuliers à noter ; c’est sans doute la peur du feu.

 

Combattre le feu par le feu

Avant de pratiquer un brûlage dirigé, il faudra prendre en compte la nature de la végétation, ainsi que les conditions de vent, la température et l'humidité. C'est une question de sécurité pour les riverains et les logements vides de locataires, mais aussi pour les spécialistes du brûlage. Cette technique est un enjeu majeur en Europe du Sud, surtout pendant les étés chauds et secs, quand la végétation est vulnérable à la moindre source de chaleur. De plus, ces dernières années, toutes les conditions sont réunies pour favoriser les feux de forêts : la diminution de l'activité agricole dans les milieux forestiers, l'exil vers les centres urbains, ainsi que le changement climatique, et les campagnes de reboisement. Il faut donc être encore plus vigilant, comme l'a compris un groupe de chercheurs européens le 15 août 2013, quand ils ont mis en avant la technique du brûlage dirigé pour parer ce danger, et redonné vie à cette pratique alors inusitée depuis plusieurs années.

 

 

Les dégâts engendré quand pas d'entretien

Même si certains incendies sont d'origine criminelle, en général, les feux de forêts sont d'origine naturelle. En effet, c'est souvent la foudre qui enflamme les zones forestières. Une des régions les plus sujettes aux feux de forêts est bien évidemment la Corse. L'ONF a d'ailleurs placé pas moins de 8 responsables de travaux de brûlage dirigé, ainsi que 18 équipes de sapeurs pompiers spécialement formées pour ce genre d'intervention. Dans cette région, les feux de forêts ont ravagé 2 086 hectares en 2014, avec plus de 328 feux de forêts recensés en Haute-Corse, et 547 sur toute l'île. Entre 2010 et 2014, selon Prométhée, la banque de données sur les incendies de forêts, 555 feux de forêts se sont déclarés en moyenne.

 

L'année 2013 a été une année dramatique, avec plus de 61 000 hectares ravagés. Pour éviter ce genre de drame, il faut bien évidemment éviter de se lancer seul dans un brûlage dirigé, ou brûlage sauvage, une pratique non contrôlée. Si un particulier désire entretenir et protéger son terrain de moins de 15 hectares contre les feux, il devra demander une autorisation à la mairie, qui la transmettra à la Direction Départementale des Territoires (DDT). Au delà de 15 hectares, une autorisation devra être délivrée par la cellule technique de brûlage dirigé.