Le Fat Bike, VTT des temps modernes

 

Le Fat Bike, VTT des temps modernesVenu d'Alaska, le Fat Bike et son concept innovant ont séduit les cyclistes du monde entier. Dans les années 1980, des cyclistes d'Alaska ont cherché un moyen de se déplacer facilement sur la neige et la glace. Ils ont alors imaginé un VTT survitaminé, spécialement conçu pour s'adapter au climat nordique : le Fat Bike. Ce nouveau concept, conçu au départ pour rouler sur des terrains glissants, a séduit grand nombre de cyclistes américains, canadiens mais également européens, qui ont testé le Fat Bike dans des environnements bien différents comme la plage, ou les terrains rocheux. En France, ce vélo tout terrain a conquis les passionnés de deux roues, comme certaines stations de ski, qui ont décidé de mettre en lumière ce tout nouveau concept, grâce à des zones spécialement réservées à la pratique du Fat Bike.

 

Comment le définir ?

Le Fat Bike est un vélo pensé pour rouler sur la neige. Afin de lui conférer plus de portance et d'adhérence, les inventeurs de ce nouveau concept ont imaginé des pneus surdimensionnés, larges de 4 pouces - soit 10 cm de large - afin que le vélo accroche mieux sur les surfaces glissantes. La largeur d'un pneu de VTT classique est de 2 pouces en moyenne, pas étonnant que le Fat Bike ait fait forte impression et suscité des interrogations auprès des aficionados du cyclisme, lors de sa commercialisation en 2014 au Québec.

 

Aussi appelé Fat Snow Bike dans son pays d'origine, ce VTT amélioré a été testé sur bien d'autres surfaces, comme le sable ou les sentiers rocheux, où il s'est avéré être tout aussi performant. Mais qu'a-t-il de plus qu'un vélo tout terrain classique ?

 

Avantages et inconvénients de cette activité

La différence majeure du Fat Bike comparé au VTT, est la dimension des pneus et des jantes, beaucoup plus larges que sur un vélo classique, afin que le Fat Bike adhère mieux sur la neige et la glace. Ces pneus, munis de crampons, sont faiblement gonflés, afin de renforcer l'adhérence. De plus, ses larges dimensions permettent l'élimination des vibrations dans le guidon, un avantage sur les terrains rocheux ou escarpés. Ces améliorations en font un vélo idéal pour tout type de neige et tout type d'environnements, et procure un confort inégalé. Son maniement ne nécessite pas une grande technique, il peut donc être utilisé par tous les cyclistes, même les novices et débutants.

 

Cependant, les pneus sous-gonflés du Fat Bike entraînent un mauvais rendement. Le rendement est la capacité du pneu à résister à l'énergie que fournit le cycliste. Celui-ci a besoin de pédaler plus vite et plus fort, le rendement est donc moins bon, et l'énergie perdue causera une mauvaise accélération. Il faudra donc faire varier la pression des pneus en fonction du terrain : sur une surface plane, la pression devra être plus importante, alors qu'en tout-terrain, les pneus devront être faiblement gonflés, afin d'adhérer aux aspérités et de ne pas rebondir sur chaque relief.  Il faudra donc privilégier le Fat Bike pour des sentiers escarpés ou accidentés, plutôt que sur route ou surface lisse.

 

Qu'en est-il en France ?

En France, la discipline est encore mal connue du grand public. Cependant, plus d'une quinzaine de marques commercialisent actuellement le Fat Bike, et en font sa promotion.  En 2014, les stations alpines de Villard-de-Lans, la capitale du VTT en France, Corrençon et le Grand Bornand ont suivi l'exemple de l'état du Vermont, du Michigan et du Wisconsin aux Etats-Unis, en ouvrant les premiers parcs de Fat Bike, avec 3 parcours de 40 km. Le 10 janvier 2015, les stations ont inauguré 10 nouveaux sentiers, ainsi que le Villard Fat Bike Show, un salon du Fat Bike où les cyclistes et les sportifs pourront tester ces VTT nouvelle génération, et en apprendre plus sur cette nouvelle pratique.

 

Les Moniteurs Cyclistes de France (MCF) ont organisé des journées découvertes où les participants ont pu expérimenter le Fat Bike sur la neige, avec ou sans assistance électrique. En effet, certains modèles disposent d'un moteur pour accompagner les cyclistes dans l'effort, plus important que pour la pratique du VTT classique. Selon les MCF, le Fat Bike serait une excellente activité complémentaire pour les stations de ski, à proposer aux touristes avides de sports d'hiver et de nouvelles sensations. Cependant, le développement des sentiers et zones de Fat Bike doit se faire dans le respect de la nature et de l'environnement des stations.