L’alliance controversée entre la SNCF et Airbnb

 

L’alliance controversée entre la SNCF et AirbnbLa SNCF a récemment annoncé en toute discrétion, la création d’une alliance avec Airbnb, la société qui propose aux particuliers et aux hôteliers de louer leur logement pendant leur absence. Dans le monde de l’hôtellerie, cette décision fait débat, et les professionnels ont finalement eu gain de cause, en faisant reculer aujourd’hui, mercredi 16 décembre, la société française de chemin de fer. Je reviens sur les conséquences d’un tel partenariat.

 

Ce que prévoyait l’accord entre la SNCF et Airbnb

La SNCF, qui avait déjà expérimenté cette nouvelle offre pendant 6 mois, proposait aux usagers de réserver un billet de train classique ou en TGV, accompagné également d’un logement via la plateforme d’hébergement Airbnb. Cette formule, qui proposait aux consommateurs un voyage qui rapporte de l’argent, comprenait également la location d’une voiture, grâce au service Ouicar pour les particuliers (qui appartient à la SNCF…). Une aubaine pour ces deux prestataires, qui voyaient dans leur accord avec la SNCF un moyen efficace de gagner de nouveaux clients. Pour la société nationale de chemin de fer, c’était le moyen de vendre plus de billets de train, souvent délaissés par les consommateurs en raison leur prix trop élevé. La compagnie ferroviaire espérait intéresser avec cette formule pas moins de 10% de ses clients à terme, dans les trois années à venir.

Cependant, ce partenariat entre la SNCF, Airbnb et Ouicar a rapidement été abandonné, suite aux protestations émanant du monde de l’hôtellerie.

 

Pourquoi l’accord n’a pas eu lieu

Dès l’annonce de l’alliance entre la SNCF et Airbnb, les professionnels de l’hôtellerie ont haussé le ton. En effet, la plateforme d’hébergement de particuliers à particuliers constitue l’ennemi numéro un des établissements hôteliers, qui pourraient à terme leur faire perdre un certain pourcentage de leur clientèle. Cela fait d’ailleurs quelques mois que les syndicats font appel au gouvernement, afin que celui-ci mette en place un système d’encadrement et de régulation. Les professionnels revendiquent également la reconnaissance de la location occasionnelle en tant qu’activité commerciale, et la mise en place des mêmes contraintes pour les hôteliers et les particuliers, proposant leur logement sur Airbnb.

 

Aujourd’hui, mercredi 16 décembre, ce partenariat entre la SNCF et la plateforme d’hébergement en ligne a été abandonné par la compagnie ferroviaire. Cette décision a été annoncée dans un communiqué de presse : « Face à l’incompréhension créée par la promotion ponctuelle de voyages-sncf.com et Airbnb, voyages-sncf.com a décidé d’arrêter l’opération en cours ». Le monde hôtelier a eu gain de cause, mais c’est aujourd’hui le directeur France de Airbnb qui désapprouve le choix de la SNCF. Il ne fait pas oublier qu’il était aussi repproché à la société française de faire alliance avec une société internationale qui défiscalise dans les paradis fiscaux l’argent gagné en France…