Les E-chèques vacances sont arrivés !

 

Les E-chèques vacances sont arrivés !L’Agence Nationale pour les Chèques Vacances a annoncé mardi 29 septembre l’arrivée du e-chèque vacances, qui remplacera progressivement les tickets classiques. Au programme, une valeur fixe, et la possibilité de régler ses dépenses sur Internet. Je vous propose donc aujourd’hui de parler argent et de ce futur pour la location saisonnière.

 

Financer ses vacances moins chères

Flambeau de la politique sociale française sous la présidence de François Mitterrand, les chèques vacances classiques, distribués par l’Agence Nationale pour les Chèques Vacances, ont vu le jour en 1982. Leur but est de permettre aux consommateurs de financer leurs vacances grâce à des tickets prépayés, remis par les comités d’entreprise qui participe en partie. Cette participation permet de payer moins chères ses vacances, puisqu’un chèque de 50 € ne revient au salarié que 25 € par exemple. En 2014, ils représentent 1,533 milliards d’euros, ce qui est énorme, et 170 000 professionnels du tourisme.

 

Les E-chèques vacances, toujours en version carnet, répondent aux attentes des employés, dans une société où les nouvelles technologies prennent une place de plus en plus importante. Ces nouveaux chèques permettent aux salariés de payer leurs vacances directement sur Internet, et ainsi faciliter le paiement. En date de septembre 2015, 45 % des touristes ont réservé par Internet, la version digitale a donc du sens. À la suite d’une expérience concluante en janvier dernier, l’ANCV a annoncé mardi le lancement officiel de ce nouveau mode de paiement. Simple, rapide et sécurité, ils ont par contre une valeur fixe de 60 euros. Il suffit de gratter en haut à gauche une case pour voir apparaître le code à renseigner sur le site web, pour payer une partie de la location, ou tout autre dépense afférente à la notion de tourisme.

 

Quel changement pour les consommateurs et les professionnels ?

Pour les professionnels du tourisme, les e-chèques vacances assurent la garantie de paiement, ainsi qu’une meilleure visibilité de leur stock et une plus grande fluidité dans le processus de réservation. Ceux-ci pourront également élargir leur clientèle. Mais avant de pouvoir accepter ce type de paiement, les professionnels devront s’inscrire sur la plateforme de l’ANCV, puis avoir un site Internet acceptant cette nouvelle option de paiement. A ce jour, seulement une 40ne de professionnels les accepteraient, et ce sont principalement des groupements de villages vacances, des tours operators, bref, des sociétés spécialisées dans le tourisme en ligne depuis un certain temps.

 

Il est clair qu’il va engendrer une baisse des réservations pour la location saisonnière des propriétaires particuliers, puisqu’ils ont rarement un site Internet d’une part, et quand ils en possèdent 1, il est rarement aussi professionnel que celui des professionnels du tourisme. Le salarié devant absolument payer en ligne, il se dirigera sur les sites où il le peut. Le propriétaire doit réagir et s’adapter aux nouvelles technologies, même si elles représentent un investissement au départ (il faut garder en tête qu’une fois le site Internet réalisé, c’est pour la vie !).

 

Pour les particuliers, les e-chèques vacances assurent une plus grande facilité de réservation et de paiement. Les vacanciers pourront également profiter des promotions et des offres, disponibles mais uniquement sur Internet. De plus, à l’inverse des tickets classiques dont les sommes s’échelonnaient entre 10 € et 50 €, ils ont une valeur fixe de 60 €.

 

 

 

Dans un avenir proche, la dématérialisation des chèques papier n’est pas à exclure. En effet, ils pourraient être rapidement remplacés par des cartes de paiement, voir même par une application sur Smartphone. D’après une étude, réalisée par le PDG de Moneo Resto, 71% des français seraient favorables à ce type de moyen de paiement. Simplicité, possibilité d’opposition… Voilà ce qui attend, peut-être, les touristes et les propriétaires dans un futur proche.