Un tournant dans l'industrie de la réservation d'hôtels en ligne

 

Un tournant dans l'industrie de la réservation d'hôtels en ligneMardi 22 avril, l'Autorité de la Concurrence a imposé au site de réservation d'hôtels en ligne Booking.com d'assouplir ses clauses de parité tarifaire et de disponibilité. C’est un grand tournant dans l'industrie hôtelière qui bataille avec le géant de la réservation depuis 2013. C'est dans ce climat de guerre concurrentielle que Amazon a décidé de lancer une nouvelle plateforme de réservation de séjours de courte durée. Si ce combat, voire affrontement parfois, est si présent alors que va s’ouvrir dans quelques jours le début de la période estivale pour la location saisonnière, c’est que le marché est lucratif.

 

Une pratique jugée anti-concurrentielle de la part de Booking

Booking est le leader du marché de la réservation hôtelière en ligne, et comptabilise par jour pas moins de 75 000 nuitées réservées dans le monde, soit une chambre sur 4. Le géant originaire des Pays-Bas, ainsi que les sites Expedia et HRS, sont poursuivis depuis juillet 2013 par l'UMIH, l'Union des Métiers de l'Industrie de l'Hôtellerie, le principal syndicat de la branche, pour pratiques anti-concurrentielles et abusives. Jusqu'alors, Booking interdisait aux hôtels partenaires de proposer leurs services sur d'autres plateformes de réservations en ligne. Les réservations par téléphone, par mail ou directement auprès de l'établissement étaient également proscrites, une manière pour ce site de réservations de fixer les prix. De plus, la clause de disponibilité imposait aux hôteliers de proposer l'intégralité des chambres. Le groupe Accord a également engagé des procédures contre le géant néerlandais.

 

Le verdict de l'Autorité de la Concurrence

 Mardi 22 avril, l'Autorité de la Concurrence française, italienne et suédoise, en accord avec la Commission Européenne, a décidé de limiter le pouvoir du groupe Booking sur ses partenaires hôteliers. Dorénavant, les établissements pourront proposer sur leur propre site web, ou sur d'autres plateformes, un nombre supérieur de chambres à celui indiqué sur Booking. De plus, les clients pourront profiter d'un prix inférieur, d'un meilleur service (comme le petit déjeuner inclus) ou encore d'une annulation gratuite. Les réservations hors ligne sont désormais possibles. Cependant, les professionnels hôteliers devront respecter certaines conditions, notamment celle stipulant que les prix plus avantageux ne pourront être indiqués sur le site de l'hôtel. En effet, une nuitée reviendra moins chère aux visiteurs qui réserveront un séjour par téléphone, ou directement auprès de l'établissement, en moyenne de 20 % en moins. C’est qu’avec les contraintes de Booking, les hôteliers avaient l’interdiction de pratiquer des prix plus bas que sur le site !  Les hôtels auront également la possibilité d'instaurer un système de fidélisation des clients, et proposer des promotions, chose impossible avant ce fameux mardi.

 

 

 

Quant aux prix, les professionnels hôteliers les fixeront selon les commissions réclamées par les plateformes - 22% pour Booking alors qu’il est estimé que la moyenne se situe entre 15 et 20 % -, ce qui provoquera une guerre des prix, et fera jouer la concurrence. Booking n'aura plus le monopole de la nuit la moins chère.

 

Amazon se lance dans la réservation de nuitées en ligne

Amazon a décidé de se lancer dans la réservation d'hôtel en ligne, et de location de courte durée, une réponse à la tendance qui se développe de plus en plus. Ce service, uniquement disponible aux Etats-Unis pour l’instant, se destine à une population urbaine, qui désire passer des weekends ou des séjours de 3 à 4 nuits autour des grandes villes américaines. Pour le moment, Amazon met à disposition des clients une quarantaine de destinations, mais a pour but de conclure des partenariats avec les grandes chaînes hôtelières.

 

Amazon Destinations (la branche de réservations en ligne) confirme que les commissions demandées aux partenaires s'élève à 15%. Il est possible que dans quelques années, le géant américain s'implante dans le secteur hôtelier européen, bousculant une nouvelle fois l'équilibre du marché.

 

 

 

 

Même si la lutte contre les pratiques abusives n'est pas encore terminée, l'industrie hôtelière estime que ces mesures représentent une avancée importante, selon Hervé Bécame, vice président de l'UMIH. Le but du syndicat est d'éradiquer les clauses tarifaires et de disponibilité de certains professionnels de l’annonce saisonnière et de la réservation, ce qui pourrait avoir un impact fort sur toute l'industrie européenne.